Les soutiens-gorge augmentent le risque de cancer du sein

Selon des études scientifiques, le port de soutien-gorge ferait courir un risque de cancer important chez les femmes. Chez les femmes, les seins sont une des parties les plus érotiques du corps. Par ailleurs, on pense que pour les garder beaux et fermes, le port du soutien-gorge est indispensable. Sans compter qu’on se rue sur le rayon lingerie pour mieux mettre sa poitrine en valeur.

Pourtant, à lire l’article sur Newmanity le danger des soutiens-gorge, le voile est bel et bien tombé. Des dizaines de tests ont prouvé que porter des soutiens-gorge est dangereux pour la santé. Tout commence en 1930 où une première étude a révélé une relation inhabituelle entre le port de soutien-gorge et l’augmentation du cancer du sein. Plus tard, de nombreuses enquêtes ont confirmé cette étude. Des sondages stupéfiants rapportent que le risque de cancer de sein est 125 fois plus élevé lorsqu’on porte un soutien-gorge.

Le lien entre cancer du sein et soutien-gorge

L’on se demande sûrement comment un soutien-gorge, un morceau de tissu, pourrait nuire à la santé ! Très récemment, une étude faite par deux anthropologues a mis en évidence le lien entre cancer du sein et soutien-gorge. Le port du sous-vêtement exerce une pression qui empêche la lymphe, chargée de toxines, de se déverser dans les ganglions et vaisseaux. Cette lymphe stagne alors, et les déchets non évacués font de gros dégâts sur place. C’est ainsi qu’au fil du temps, peuvent apparaître kystes et tumeurs cancéreuses. D’autre part, à cause de la compression et du tissu enveloppant, la température des seins augmente. Pourtant, on le sait bien, un sein précancéreux ou cancéreux est plus chaud qu’un sein non malade. Par ailleurs, le soutien-gorge empêche une exposition au soleil. Ce qui réduit le taux de mélatonine. Cette dernière est pourtant une molécule reconnue comme étant anticancéreuse.

Un faux besoin

Le soutien-gorge est un « faux besoin ». Eh oui ! Depuis des décennies, le sous-vêtement se présente comme étant la meilleure solution contre la chute des seins. Plusieurs études médicales ont prouvé que cette affirmation est fausse. En portant la lingerie, les muscles peauciers et les ligaments Cooper qui maintiennent naturellement la poitrine ne travaillent plus. Ils s’atrophient alors et la poitrine perd sa fermeté : Elle s’affaisse donc plus rapidement.

Contre toute attente, une expérience réalisée sur des sportives affirme cette révélation. Lors des activités physiques, le sein peut effectuer des déplacements allant de 6 cm de haut en bas et 9 cm de droite à gauche. Un mouvement qui peut sembler ahurissant et pourtant très utile pour le maintien de la poitrine. En effet, après 3 ans d’études, les seins des sportives testés n’ont pas molli et se sont même rehaussés. Ce sont donc les muscles qui maintiennent le joli galbe rehaussé de nos poitrines.

Ne pas porter de soutien-gorge c’est plus confortable !

L’une des raisons principales qui poussent les femmes à acheter un soutien-gorge est la recherche du confort. Encore une fois, des études ont montré que laisser ses seins libres est bien plus confortable ! D’après une étude médicale faite, la gêne disparaît au bout de 3 mois et, 3 ans après, aucune douleur ne se fait ressentir.

Auteur de l'article

id porta. ut sem, venenatis massa ante.