Ces tampons qui nous empoissonnent la vie

Les tampons hygiéniques, utilisés chaque mois par les femmes, renferment dans certains cas des risques d’empoisonnement par choc toxique, favorisent les mycoses et peuvent être à l’origine de plusieurs maux chez la femme. Nouveau procédé en vogue, la coupe menstruelle permet de régler ces problèmes en étant une alternative sérieuse, en plus d’être économique et écologique.

Les tampons agressent la flore vaginale

Selon un hebdomadaire new-yorkais, une femme utiliserait un peu moins de 11 500 tampons hygiéniques dans sa vie. Une habitude qui semble normale et inoffensive mais qui serait pourtant à l’origine de quelques graves pathologies. Toutes ont sûrement déjà entendu dire que les tampons ne sont pas bons pour la santé. Seulement, les industriels ont plusieurs fois réalisés des tests pour démontrer le contraire. Néanmoins, ces sticks longitudinaux ne sont pas toujours sans risque pour la santé. Les alertes concernant les mycoses vaginales, les chocs toxiques, les problèmes de sècheresse intime… se sont multipliées et ont été confirmées par des études scientifiques poussées.

Les tampons peuvent donc entraîner des mycoses car ils retiennent l’humidité. Les problèmes de sècheresse vaginale, quant à eux, sont causés par le fort pouvoir absorbant comparé au flux sanguin. Par ailleurs, les tampons peuvent être à l’origine des syndromes du choc thermique : l’étourdissement, la fièvre, et dans 10 % des cas, la mort ; et ce, à cause de la présence de staphylocoque doré dans le produit. Pour le blanchissement des fibres, les industriels utilisent du chlore qui laisse des résidus de dioxine. Cette substance est pourtant connue comme dangereuse pour la santé. Des tests ont montré la forte relation entre la dioxine et l’endométriose. Les femmes qui utilisent des tampons mensuels sont donc plus exposées aux risques d’hémorragie, de maladie au niveau de l’utérus, de stérilité mais aussi dans certains cas de cancer. Le site Newmanity a d’ailleurs publié en septembre dernier un article pour mettre en garde des risques éventuels.

Il est temps de passer à la coupe menstruelle

coupe menstruelleHeureusement, il existe une excellente alternative aux tampons hygiéniques. Il s’agit de la coupe menstruelle. Celle-ci est faite à partir de matières douces : silicone, latex ou encore TPE (thermoplastic elastomere). Ne possédant aucun composant agressif, elles sont meilleures pour la santé. Contrairement aux tampons qui absorbent le sang, la coupe menstruelle se contente de le recueillir. Les risques de sécheresse vaginale sont donc nuls.

Par ailleurs, ce gadget permet d’éviter tout contact de l’air avec le sang. On ne risque alors pas, d’émaner une quelconque odeur désagréable comme lorsqu’on porte des serviettes hygiéniques. Un des grands avantages de la coupe est qu’elle est plus écologique. Une femme peut utiliser jusqu’à 15 000 protections périodiques dans une vie. C’est un chiffre énorme, comparé aux 3 ou 4 coupes menstruelles utilisées ! Ces dernières permettent donc de diminuer ses déchets, et ça c’est bon pour la planète.

En ce qui concerne le budget, la coupe permet de dépenser moins. En effet, 4 coupes menstruelles reviennent à 15 € seulement. Ce qui est nettement moins, comparé à l’achat des 15 000 serviettes ou tampons. C’est donc une solution économique et écologique. Un site spécialisé se propose même de calculer les épargnes que l’on pourrait faire en usant des coupes et ce, en fonction de la quantité de protection mais aussi de la durée.

ConsoGlobe en parle également.

Auteur de l'article

leo. porta. neque. Praesent massa consequat. libero non Donec ipsum