La mycose n’est pas tabou, parlons-en

La mycose, sans conséquences dans la majorité des cas, n’en reste pas moins un problème à résoudre pour 1 femme sur 3 à un moment ou à un autre. J’ai moi-même eu ce genre de soucis et j’écris aujourd’hui pour vous parler des difficultés que j’ai rencontrées et des moyens efficaces de s’en prévenir.

 
 
 

Comment ces petits champignons deviennent-ils un problème ?

Il faut savoir que la composition bactérienne du milieu vaginal repose sur un équilibre compliqué entre champignons, bactéries et autres organismes inoffensifs en temps normal. Il arrive cependant qu’un des organismes se développe plus que les autres de manière incontrôlée. Ce peut être le cas avec le champignon Candida albican qui est à l’origine de la mycose vaginale (c’est pourquoi on parle aussi de candidoses).

Ce changement soudain du milieu vaginal peut être causé par de nombreux facteurs : prise d’antibiotiques, période menstruelle, agressions chimiques par des savons acides, chlore des piscines, acidité vaginale, diabète, grossesse, teneur accrue de sucre dans les sécrétions vaginales, contamination de l’intestin.

Les symptômes se font alors ressentir sous la forme de démangeaisons, de pertes blanchâtres, de brûlures vaginales durant les mictions, de rapports sexuels de plus en plus douloureux et d’un gonflement et changement de couleur de la vulve en rouge. De quoi vous pourrir une journée en beauté…

Traiter une mycose

Pour palier à ce problème, deux solutions s’offrent à vous :

  • – Le traitement systémique.
  • – Le traitement local.

Sachez Mesdames qu’il n’est absolument pas nécessaire d’aller chez son gynécologue pour soigner une mycose vaginale, un médecin généraliste est parfaitement apte à vous aider.

Le traitement systémique, consiste à prendre des capsules ou comprimés qui une fois passés dans le sang vont agir sur les muqueuses vaginales et combattre l’infection. Ce type de traitement s’appelle un antifongique, qui à la différence des antibiotiques qui agissent à différents endroits de la bactérie, ils agissent directement sur la membrane cellulaire du champignon ce qui rompt l’intégrité de la cellule et la tue.

Le traitement local se prend par ovule à prendre principalement le soir. Ces traitements existent en unidose ou de courte durée (3 jours) et sont très efficaces. Parallèlement à ce traitement votre médecin vous prescrira une pommade ou un baume à appliquer sur les muqueuses externes.

J’ai moi-même préféré le traitement systémique avec le médicament antifongique contre les mycoses vaginales « Diflucan » que j’ai pu acheter très facilement en ligne, je vous conseille également de porter des sous-vêtements en coton et de vous munir d’un savon spécial pour les muqueuses (surtout pas un autre savon n’oubliez pas que les mycoses peuvent être causées par des savons acides).

Cette mésaventure est maintenant terminée et de l’avis de mon médecin, un traitement préventif est utile à chaque fois que je dois prendre un antibiotique. Car il en résulte une perturbation de la flore intime qui débouche une fois sur deux sur une mycose.

Vous pouvez consulter un dossier complet sur doctissimo.

Auteur de l'article

ut fringilla dictum ut tempus id nunc Donec in commodo Donec