Zoonoses : sont-elles dangeureuses ?

En France, un foyer sur deux possède un animal domestique: on compte en effet 12,7 millions de chats et 7,3 millions de chiens. La notion des zoonoses devient donc de plus en plus importante. Mais de quoi s’agit-il ? Ce sont tout simplement des infections, sous forme de bactéries ou de virus, qui se transmettent naturellement des animaux vertébrés à l’homme et inversement. On distingue alors les maladies transmises de façon directe ou de manière indirecte via des denrées alimentaires ou des vecteurs vivants. Mais le plus souvent, celles-ci sont transmissibles par griffure, morsure ou contact (salive, urine, inhalation, matières fécales). C’est pourquoi nous vous les présentons aujourd’hui.

Les zoonoses principales

Aujourd’hui, environ 3/4 des maladies humaines sont ce que l’on appelle « zoonotiques », et leur nombre ne cessent de croître avec les années. A ce jour, nous pouvons compter au total 300 zoonoses, telles que la rage, la fameuse vache folle ou encore la grippe aviaire, transmise par les volailles. Cependant, Barbara Dufour, enseignante-chercheur spécialisée dans les maladies contagieuses, explique que « nous vivons avec des animaux et, n’en déplaise à personne, nous sommes également des animaux. Il est donc inévitable que certaines maladies soient transmissibles. Il ne faut pas dramatiser pour autant. »

Néanmoins, pas toutes les zoonoses sont bénignes, comme peut l’être la vaccine par exemple. D’autres peuvent au contraire être bien plus graves, telles que la tuberculose, la fièvre Q ou encore l’encéphalite B. On parle alors de zoonoses majeures.

L’ascaridiose (infection parasitaire), la toxoplasmose (infection chez le chat), la tularémie (maladie bactérienne chez les NAC), la rage (maladie nerveuse, soignée grâce au vaccin Pasteur) et la brucellose (maladie bactérienne) sont les zoonoses les plus connues.

Les cibles des zoonoses

C’est ironique, mais les personnes, qui sont le plus souvent touchées par les zoonoses, sont justement celles qui ont souvent besoin de l’affection apportée par un animal, souffrant par exemple d’une maladie grave ou se sentant isolées. Les zoonoses, même mineures, peuvent alors être dangereuses pour une personne aussi vulnérable, dont le système immunitaire est déjà faible du fait de son état de santé. Parmi elles, on compte :

  • Les petits enfants (moins de 5 ans)
  • Les femmes enceintes
  • Les séniors (plus de 65 ans)
  • Les personnes souffrant d’une maladie grave, telle que le cancer, le sida ou la leucémie.

Comment se protéger contre les zoonoses ?

Mais alors doit-on pour autant se séparer de notre animal de compagnie pour échapper aux zoonoses ? Bien sûr que non ! Des gestes simples comme des mesures d’hygiène régulières peuvent diminuer voire éliminer le risque de d’infection(s). Il suffit en effet de se laver les mains et le visage après chaque contact et d’éviter de toucher son visage après avoir caressé un animal, encore moins s’il est errant ou sauvage. Il est évident que si votre animal de compagnie se fait contrôler régulièrement par le vétérinaire contre les tiques et les puces et que votre appartement est propre, le danger de souffrir d’une zoonose sera bien moins important. Mais sachez qu’une assurance animaux peut alors s’avérer intéressante, car elle pourra alors vous rembourser la totalité des frais de vétérinaire et donc protéger vous et votre toutou en cas de maladie ou d’accident !

 

 

Partagez !

Auteur de l'article