L’incontinence urinaire chez la femme : sujet tabou

Aujourd’hui, l’incontinence urinaire touche plus de 4 millions de personnes, et c’est la gente féminine qui se révèle bien plus susceptible d’être atteinte de ce problème, avec deux femmes sur trois selon les dernières statistiques. Les conséquences peuvent être graves : complexes, isolement social, perte de confiance en-soi… Mais alors qu’est ce que l’incontinence, et comment pouvons-nous pallier à ce problème ? Nous vous l’expliquons aujourd’hui.

 

Qu’est ce que l’incontinence féminine ?

L'incontinence urinaire chez la femme : sujet tabouL’incontinence urinaire chez la femme est liée à un dysfonctionnement de l’appareil urinaire. Elle se traduit alors par une incapacité à contrôler son envie d’uriner et la fréquence de ses visites aux toilettes.

Comme dans toutes maladies, plusieurs facteurs peuvent favoriser l’apparition de ces fuites urinaires. Dans un premier temps, une mauvaise hygiène de vie, l’âge ou encore la pratique intense d’une activité sportive peuvent fortement se révéler être des éléments déclencheurs de ce problème.

De plus, deux choses en particulier imposent principalement à la femme d’être atteinte par une incontinence urinaire au cours de sa vie : l’accouchement et la ménopause. En effet, la grossesse et l’accouchement favorise l’apparition des fuites urinaires, les muscles du sphincter et du périnée étant durement mis à l’épreuve durant cette période. Afin que bébé puisse grandir normalement et sortir naturellement, l’appareil génital féminin s’agrandit, et s’affaiblit inévitablement. Enfin, la ménopause influe fortement sur l’appareil génital féminin, augmentant encore une fois leurs chances d’être touchées par un problème d’incontinence.

Ces événements fragilisent donc fortement le corps d’une femme, et expliquent la vulnérabilité des femmes par rapport aux hommes face à cette maladie.

Quelles sont les différents types d’incontinence féminine ?

Les femmes sont le plus souvent confrontées à deux formes d’incontinence :

  • L’incontinence d’effort : forme la plus courante chez la femme, il s’agit comme son nom l’indique de fuites urinaires apparaissant lorsqu’une femme fait un effort (activité sportive, toux, éternuement, rire, etc.). Elle est en fait due à l’affaiblissement des muscles pelviens, permettant d’assurer le bon fonctionnement du sphincter urinaire.
  • L’incontinence par impériosité : moins courante mais non moins importante, elle résulte d’un dysfonctionnement de la vessie, et se traduit par une envie irrépressible d’uriner et des fuites régulières.

Mais avec l’âge et notamment l’apparition de la ménopause, les risques s’intensifient, et apparaissent de nouvelles formes de fuites urinaires. On distingue alors :

  • L’incontinence transitoire : celle-ci apparaît le plus souvent des suites d’un accident tel un AVC ou une fracture du bassin, mais elle reste facilement guérissable.
  • L’incontinence chronique : au contraire, il s’agit ici d’un trouble plus grave étant donné qu’il vient de paire avec une maladie telle que Parkinson ou la démence.

Quelques solutions pour mieux vivre avec l’incontinence

Les solutions pour pallier à l'incontinence urinaire

Nous l’avons vu, l’incontinence peut se révéler être dans de nombreux cas un réel combat pour la gente féminine. De plus, nombreuses sont celles qui n’osent pas parler de ce problème, même à un médecin, et ne parviennent ainsi pas à le régler, ou au moins réduire les conséquences. Alors si vous êtes concernées, rassurez-vous : il existe plusieurs solutions capables de pallier, voire résoudre complètement l’incontinence urinaire. Nous pouvons en distinguer quatre :

 

Les protections urinaires : même si cela peut en repousser certaines, le port de protections urinaires se révèle être le moyen le plus simple de dissimuler et d’atténuer des fuites urinaires. En effet, vous pourrez ainsi continuer à vivre normalement et à exercer vos activités quotidiennes, sans risquer les mauvaises odeurs, les tâches votre pantalon ou autre(s).

Cependant, porter des protections urinaires permet seulement de vivre plus tranquillement, mais pas de résoudre l’incontinence. Pour cela, il existe trois solutions liées évidemment à la médecine :

La rééducation périnéale : destinée à toutes les femmes ayant déjà eu au moins un enfant, elle est généralement prescrite à la jeune maman des suites de son accouchement. Celle-ci lui permet de muscler et renforcer les muscles du périnée, fortement mis à l’épreuve durant cette période, et ainsi maîtriser son débit urinaire. Si vous désirez plus d’informations sur la rééducation périnéale, n’hésitez pas à visiter cet article.

Les médicaments : des traitements médicamentaux peut également être prescrit par votre médecin, notamment dans le cas d’une incontinence par impériosité. Les médicaments prescrits permettront ainsi de diminuer l’activité vésicale, et ainsi de réduire partiellement ou (on l’espère !) totalement votre problème d’incontinence.

La chirurgie : il est enfin possible de recourir à une opération chirurgicale. Selon la gravité du problème, l’opération peut être lourde, aussi bien au niveau de la douleur que des conséquences post-opératoires. Il est donc conseillé de bien réfléchir avant de prendre une telle décision.

Partagez !

Auteur de l'article